Bonjour, prêt-e-s pour une nouvelle semaine d’archive ? Je vous ai concocté une petite sélection bien sympa, qui je pense, ravira tous le monde.

Si vous souhaitez participer aux micronouvelles, c’est sur le compte de @KeoTauteur que ça se passe ! Tous les soirs à 18 H.

Samedi 7 novembre :

Réponse de @MetalAssBender :

Chaque matin, la ville sous le soleil qui s’éveille, orange, cauchemar apocalyptique. Mon cauchemar, la fin de mon monde, de ma liberté. Enfermé derrière ces grilles, rien ne me rattache plus à la réalité du vivant, hormis ce rasoir qui effleure ma peau. J’attends la mort.

Dimanche 8 novembre :

Réponse de @a_guidat :

Un phare, comme un dernier fort posé sur la ligne de front. Ils ne savaient pas qui du désert ou de l’océan gagnerait la bataille. Ce dont ils étaient certains, c’est qu’un jour la dernière trace de l’humanité serait engloutie, dissoute entre l’écume et le sable.

Lundi 9 novembre :

Réponse de @FRoukine :

On l’appelait l’Oscar à vannes, il fonçait tombeau ouvert, cet Hollandais au volant.

Mardi 10 novembre :

Réponse de @FenRyck :

Je n’avais pas été renvoyé sur terre sans raison. Le maître démon m’avait chargé d’une mission : retrouver quelqu’un. Je me cachai là ou elle se rendait chaque jour. En bas, les vivants passaient si vite pour moi qui voyait le monde comme tous ceux qui ont vécu l’éternité.

Ma réponse :

-t’as vue ? J’ai fait un timelaps !

-pourquoi faire ?

-pour représenter l’absurdité de notre monde. Le fait que tout le monde reproduit le même schéma inlassablement.

-et… le noir et blanc, c’est pour quoi?

-pour représenter la mélancolie que j’éprouve en observant cette Fatalité.

-mouais…

-bah quoi?

-t’es sûr que ce n’est pas plutôt pour rendre crédible la musique de fond?

-je vois pas de quoi tu parles !Mad World c’est un super son !

Mercredi 11 novembre :

Réponse de @LaOctobre (où Ina Draule) :

La cloche avait sonné. Rien ne présageait ce que j’allais découvrir en faisant ma tournée dans les sanitaires délabrés de l’établissement. Elle était là échouée sur le sol ,tremblante et trempée de sueur au milieu des déchets et dans ses bras un nouveau né qui ne pleurait pas.

Jeudi 12 novembre :

Réponse de @NotHouellebecq :

J’étais si fier de retrouver ma femme et mon fils. Ma tendre Annouche et Azad, léger et libre comme l’air. Cette voiture rouge, je me disais qu’Azad en rêvait du haut de ses huit ans. Certes, il me disait souvent qu’il aimerait une voiture rouge, mais c’était ma lubie. Annouche n’était pas ravie que je place nos économies dans cette bagnole, mais c’était une promesse. J’allais devenir taxi. À Stepanakert, capitale du Haut-Karabagh, il y en avait peu. Ça allait marcher, c’était certain. C’était un long voyage, je suis parti en août, je suis revenu en octobre. Putain d’automne. Il ne restait plus rien. Un champ de ruine. Je n’ai pas retrouvé Annouche et Azad. Je m’épuise depuis des jours, à les chercher au volant de ma voiture rouge comme le sang répandu çà et là par l’injustice des Hommes.

Vendredi 13 novembre :

Réponse de @Cyrille_GILL :

– Qu’est-ce qu’il regarde d’après vous ? – Je ne sais pas mais il est concentré le voyeur ! – Vous pensez qu’il peut nous voir ? – Il va bien se rendre compte que tout l’immeuble d’en face l’observe non ? – Pas sûr ! – Donc nous sommes les voyeurs du voyeur. – C’est pas faux…

Ma réponse :

Bon qu’est-ce qu’on a… Un gros tout nu, un couple pratiquant le BDSM. Un autre qui s’engueule. Deux gosses qui geek sur Mario… Il est où mon espion là ? Peut-être plus bas… Une vieille devant top chef… Attend, je regarde quel immeuble là ? Putain c’est pas le bon !